Isabelle 42 ans, vendeuse, Alexandre, 34 ans coiffeur, Aurélie, 29 ans hôtesse, Sylvie, 37 ans assistante commerciale sédentaire, Corinne, 54 ans infirmière…autant de profils différents réunis par une préoccupation commune liée à leur profession : l’exposition aux problèmes de retour veineux des jambes.

Les origines de l'insuffisance veineuse :

La remontée du sang des pieds vers le cœur se fait grâce à des valvules situées dans les veines.
En station debout, plus de la moitié du sang veineux se trouve dans nos jambes : en cas d’immobilité ou de piétinement la pesanteur aggrave ce phénomène. En station assise immobile, les jambes croisées, dans des univers parfois trop chauffés, le sang stagne dans les veines entrainant leur dilatation.
Les muscles du mollet ne remplissent pas leur rôle de « pompe » pour renvoyer le sang vers le cœur : ces problèmes de retour veineux se traduisent par différents symptômes : sensation de jambes lourdes, élancements, picotements, chevilles et pieds gonflés et apparition de varices.

Stations immobiles, assise ou debout, piétinement : des situations à risque

Certaines activités professionnelles sont davantage exposées, voici leur témoignage :

Isabelle, 32 ans, vendeuse en prêt à porter : "Mes journées sont longues, entre 10 et 12 heures et je suis constamment debout. Entre la réception des commandes, le déballage, l’installation des produits et la vente, je ne me pose pas vraiment. J’ai installé un tabouret haut mais je l’utilise à peine. Pour me soulager je porte des mi-bas de contention, c’est un réel soulagement pendant la journée. La nuit, je surélève mon matelas au niveau des pieds"

Alexandre, 44 ans, coiffeur : " Je ne pensais pas être touché un jour par des problèmes de jambes. J’ai longtemps été très sportif mais par manque de temps j’ai renoncé. J’ai eu de fortes douleurs et depuis j’ai consulté un angiologue. J’ai commencé par perdre du poids, j’essaie dans la mesure du possible de m’asseoir sur un tabouret pendant les coupes."

Aurélie, 29 ans, hôtesse sur long courrier : " Je suis hôtesse depuis 4 ans, sur des vols longs courriers (plus de 5 heures) Ce métier est éprouvant, j’ai pour habitude de boire régulièrement, de m’hydrater le visage et de porter des bas de contention"

Sylvie, 37 ans, assistance commerciale sédentaire : "je passe ma journée de travail, soit presque 8 heures, assise à mon bureau au téléphone ou face à l’ordinateur. Afin d’éviter les fourmillements dans les pieds, j’utilise un repose pied. J’essaie également de me lever régulièrement et de faire quelques pas. En été, mes chevilles gonflent davantage, j’espère que cela ne s’aggravera pas avec l’âge."

Corinne, 54 ans infirmière : "j’ai eu des problèmes de jambes lourdes quand j’étais étudiante infirmière, depuis j’ai trouvé des « trucs » pour limiter ces douleurs : des exercices réguliers pendant la journée et des levers de jambes à la verticale avant de dormir. Je ne suis pas sujette aux varices mais quand j’ai repris une activité professionnelle après 15 ans d’interruption j’ai tout de suite ressenti ces symptômes de mauvaise circulation : pieds gonflés en fin de journée. Je porte des chaussures ergonomiques et j’envisage de porter des collants de contention"

Ces préoccupations sont partagées par des professionnels aux activités aussi diverses que celles des cuisiniers, serveurs, commerçants, pharmaciens, chirurgiens…..

Pour préserver le capital veineux, l’essentiel réside dans la prévention.

Dans un premier temps une bonne hygiène de vie : surveiller son poids, avoir une bonne alimentation et une activité physique régulière.
Dans le cadre de professions particulièrement exposées, il est fortement recommandé d’utiliser des chaussettes, bas ou collants de contention qui vont instantanément soulager la dilatation veineuse et apporter un confort immédiat.
Selon le degré d’insuffisance veineuse, différentes classes seront proposées.